header small

Mélancolie française

Eric Zemmour, Fayard Denoël, 2010, 251 pages, 17 €
L’histoire est un cadavre. Les historiens sont des croque-morts, qui la présentent comme ils l’entendent. L’histoire n’en peut mais, perinde ac cadaver. Eric Zemmour est un croque-mort talentueux, son livre est un feu d’artifice. Ça pétille, ça explose, ça éblouit.

Si thèse il y a, elle est dans les deux premiers chapitres, Rome et Carthage. Rome, c’est la France, qui a vocation à prolonger la vraie et parfois s’y efforce, parfois y renonce, raison, aujourd’hui, de sa mélancolie. Carthage c’est l’Angleterre, à ceci près que, pour elle, c’est Rome qui doit être détruite, au moins contenue, ce à quoi elle s’emploie avec constance. Chacun des chapitres suivants évoque un personnage de notre histoire moderne : l’Empereur (Napoléon), le Chancelier (Bismarck), le Maréchal (Pétain), le Général (de Gaulle), le Commissaire (européen)… et le Belge. Le croque-mort Zemmour est aussi un battant. Il adore nous bousculer et nous force à revoir nombre d’idées que nous avons reçues. Notre XVIII° siècle illumina l’Europe, il fut un désastre « géostratégique ». Louis XVI a été, de nos derniers rois, le plus intelligent. « L’ogre » Napoléon ? c’est l’Angleterre qui l’a contraint à être tel. La victoire de la Marne en 1914 (tenez-vous bien !) fut une catastrophe : la bataille perdue, deux millions de vies françaises eussent été épargnées et le monde eût fait l’économie du stalinisme et du fascisme. Pétain était un attentiste lucide : en 1917 comme en 40, il attendait les Américains. La gauche pacifiste ne pouvait être que vichyste, ce qu’elle fut. L’avant-dernier chapitre, consacré, fort opportunément, à la Belgique, est de cette veine : un régal, avec, cerise sur le gâteau, un succulent texte de Baudelaire. « La chute de Rome », qui conclut l’ouvrage, justifie à lui seul le titre. L’auteur y parle de l’identité française, donc de l’immigration, avec une franchise qui lui fera beaucoup d’ennemis. Mélancolie bien justifiée : romaine ou pas, il n’y a plus de France.
Général Claude Le Borgne (cr)
30-jui-10

Les écrivains combattantsLes Écrivains Combattantsapollinaire

18, rue de Vézelay 75008 PARIS - Tél : 01 53 89 04 37 - Fax : 01 53 89 04 00
aec(a)unc.fr
Relations | Mentions légales | Contact | Plan du site
Création du site internet Com' C'est Simple Agence de communication 91Com' C'est Simple !

Les Écrivains Combattants

18, rue de Vézelay 75008 PARIS - Tél : 01 53 89 04 37 - Fax : 01 53 89 04 00
aec(a)unc.fr
Mentions légales | Contact | Plan du site | Création Com' C'est Simple Agence de communication 91Com' C'est Simple !