header small

Jazz et société sous l'Occupation

Gérard Régnier, L'Harmattan, 2009, 296 p., 28 €
La mémoire des années quarante retient surtout les mâles chansons de la Wehrmacht ou « Lily Marlène ». Et pourtant la grande musique populaire de l’époque, ce sera le jazz.

Le nazisme interdit cette musique dégénérée... et pourtant il doit le tolérer car le soldat allemand aime le jazz. La thèse de M. Régnier étudie avec précision et apporte une vision inattendue sur cette musique qui non seulement résiste à l’emprise idéologique mais se répand et s’enrichit au fil des années. Si on peut parler de jazz européen, c’est, en France notamment, sous l’Occupation qu’il naît. Comme quoi l’idéologie ne peut jamais aller contre les pulsions de liberté. Le jazz a été un coin de ciel bleu dans l’horreur de la guerre.
H.T.
11-Jui-2010

Les écrivains combattantsLes Écrivains Combattantsapollinaire

18, rue de Vézelay 75008 PARIS - Tél : 01 53 89 04 37 - Fax : 01 53 89 04 00
aec(a)unc.fr
Relations | Mentions légales | Contact | Plan du site
Création du site internet Com' C'est Simple Agence de communication 91Com' C'est Simple !

Les Écrivains Combattants

18, rue de Vézelay 75008 PARIS - Tél : 01 53 89 04 37 - Fax : 01 53 89 04 00
aec(a)unc.fr
Mentions légales | Contact | Plan du site | Création Com' C'est Simple Agence de communication 91Com' C'est Simple !